Chevalait parie sur les changements de comportements alimentaires et cosmétiques

Installés depuis 2007 sur les hauteurs des prairies de La Moisière à Neuville-Près-Sées, Julie et Etienne Decayeux développent un élevage bio de juments de trait. 


Ils produisent un lait pasteurisé unique au monde et une gamme cosmétique; Chevalait.

Retours sur leurs parcours :

Originaire de Belgique, elle voue une passion sans limite aux chevaux de trait. Venu du Nord, lui, cherchait un avenir original dans l’élevage. Une rencontre, un schéma de vie, une aventure… « Je suis fils d’agriculteur, mais j’ai débuté ma carrière dans l’agro-fourniture avec des produits respectueux de l’animal et de l’environnement », indique Etienne Decayeux. D’abord technicien, commercial, conseiller technique, puis directeur des ventes pour une société d’aliments et d’engrais biologiques, il imagine autre chose. Sa rencontre avec Julie, elle aussi commerciale, sera déterminante. « Julie a suivi une formation et a obtenu son brevet de technicienne agricole ». L’idée : développer un élevage de juments de trait et commercialiser le lait. « Un jour, j’ai décidé de vivre par et pour les chevaux de trait », avoue Julie Decayeux. « J’ai grandi dans une famille d’artiste et d’éleveur de chevaux. Plus tard, j’ai été formée à l’attelage ». 

Le rêve commun du couple prend forme dans une exploitation de Seine-Maritime. « Nous cherchions quelque chose qui n’existait pas ». L’idée audacieuse est ainsi testée à petite échelle pendant trois ans pour lancer une production. « Nous ne disposions que de 7 hectares et d’une quinzaine de chevaux, mais sans possibilité d’extension compte-tenu de la contrainte foncière ». Et comme il n’y a qu’un pas de la Haute à la Basse-Normandie, ils tombent sous le charme de l’Orne. « Très attachés à l’environnement, nous avons trouvé un joli corps de ferme protégé par un magnifique marronnier, la surface nécessaire pour accueillir les chevaux et une rivière qui serpente dans la vallée ». L’aventure débute en 2007. « Nous sommes arrivés avec un projet, mais il fallait inventer le marché et organiser un réseau de distributeurs ». Une quarantaine de juments composent alors le cheptel.

Un concept unique au monde. Trois traites quotidiennes sont nécessaires dont 70% sont utilisés pour le lait pasreurisé.

Aujourd’hui, environ 200 chevaux, juments, poulains et étalons profitent des herbages labellisés bio qui ceinturent l’exploitation. Organisée en lactation tournante avec une centaine de juments de races Percheronne et Trait du Nord, la production se décline autour de trois traites quotidiennes. « Contrairement aux vaches ou aux brebis, une jument ne produit du lait que lorsqu’elle est accompagnée de son poulain ». Deux à trois litres de lait sont prélevés à chaque traite, pour environ 90 000 litres/an. Aussitôt mis en bouteille et pasteurisé, 70 % du lait est distribué en produit frais. « Grâce à notre mode d’alternance des poulinages, nous sommes les seuls au monde capables de commercialiser ce lait frais toute l’année ! ». Une partie de la production est congelée puis transformée en poudre. « Avec des caractéristiques proches du lait maternel, le lait de jument est une alternative nutritionnelle intéressante pour les nourrissons en participant à l’équilibre digestif », souligne Julie Decayeux.
« Utilisé pour la cosmétique (savon, lait corporel, crème pour le visage et shampoing), ce lait est aussi reconnu pour ses vertus dermatologiques qui permettent de soigner certaines affections de la peau. Des études scientifiques sont actuellement en cours et vont conforter ces caractéristiques ».

Référencés dans plus de 300 magasins bio en France, les produits sont également exportés vers la Belgique et l’Espagne. « Il nous fallait aussi revoir notre façon de commercialiser cette gamme. En début d’année, nous avons développé un site de e-commerce pour proposer nos produits. Nous sommes très satisfaits des premiers résultats ».

Chevalait représente aujourd’hui le plus important élevage de chevaux lourds en Europe.


Cette passion commune pour ces chevaux majestueux qui frôlent les 1000 kg donne une échelle particulière à la ferme de la Moisière où Julie et Etienne Decayeux revendiquent leurs statuts de paysans. Une noblesse qui place leur élevage de chevaux lourds comme le plus important d’Europe ! « Au-delà du lait, nous contribuons à la sauvegarde de ces races ». Et de préciser avec une certaine fierté : « Environ 25% du cheptel global de Trait du Nord est ici ». Dans cet objectif, un nouveau projet se dessine. « Nous allons valoriser ces animaux délaissés depuis la mécanisation en créant un emploi et une structure pour préparer des chevaux territoriaux. Des chevaux sélectionnés dans l’élevage, formés pendant 3 à 4 ans pour les rendre parfaitement sociables. Ils pourront ainsi être utilisés pour du ramassage scolaire ou le transport des touristes au Mont St-Michel ». Depuis la naissance de Chevalait, une dizaine d’emplois ont été créés.

Et comme une idée n’arrive jamais seule… Après la poudre de lait associée à une poudre de châtaignes bio, d’autres produits se dessinent : « En association avec Jérôme Boutel, chocolatier à Caen, nous avons mis au point des truffes au lait de jument ; Stéphane Coullard (Les Brebis d’Ecouves), a créé un fromage brebis/jument qui sera présent cet été en magasin bio et à Rungis ; à Alençon, Ludovic Luchier (Le Saint-Honoré) à imaginé un pain avec le lait de nos juments et enfin, suite à une rencontre au Salon de l’Agriculture, des glaces vanille et thé vert seront bientôt disponibles ». Ces produits seront présentés au Haras du Pin à l’occasion des Jeux Equestres mondiaux.
 
Qu’attendez-vous des Jeux Equestres Mondiaux FEI AlltechTM 2014 en Normandie et de votre adhésion au Club Normandie 2014 ?

« Nous voulons mettre en avant la reconnaissance de notre entreprise qui valorise le cheval français et surtout les races locales en diffusant au niveau national et international des produits uniques au monde. Par ailleurs, nous avons adhéré par principe au Club Normandie 2014 qui propose quelques avantages. C’est aussi l’occasion de mettre notre activité en lumière et, à notre échelle, de faire partie de la fête ».

http://www.orne.fr/

Étude concernant le bienfaits et les propriétés si particulières du lait de jument. http://www.chevalait.com/img/etude-digestology-lait-jument.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s